Le coin du Poête-poête

J’ai cherché des mots pour vous dire,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai trouvé des arbres,

Un châtaignier, un séquoia, un tilleul, un lilas,

Les arbres de chez nous,

Et puis, j’ai trouvé des mots,

Pas les miens, mais ceux de Théodore Monod,

Lui, cherchait l’absolu,

Quant à moi, je cherche toujours mes mots,

Je suis du verbe « hêtre ».

Frédéric (pilote, jardinier et un brin poète !)

 

« Le désert nous réapprend les gestes naturellement rituels, inscrits voire érigés par le cosmos. Un homme soumis à la modernité et au béton est démuni dans un tel monde s’il ne se régénère pas aux deux niveaux essentiels qui le structurent verticalement et horizontalement : la Terre et le Ciel (…)

Certains individus sont porteurs d’espoir. Quelques consciences sont capables de résister à la tradition guerrière. Certains résistants ne se laissent pas domestiquer par la mise en condition générale. Les contestataires, même s’ils sont une goutte d’eau dans la mer, touchent les gens, ouvrent les esprits. »

Théodore Monod (chercheur d’absolu)